mercredi 2 janvier 2008

L'Anarchie selon M Onfray

L’ANARCHIE ET LES ANARS…

………. SELON ONFRAY

décembre 2007

Au Comité de rédaction du Monde Libertaire

Compagnons,

Y en a marre.
Vous avez certainement lu le numéro de novembre 2007 de la revue « Lire ». ( page 33 "mon abécédaire".ma définition de l’ « Anarchie », et reproduit ci dessous). Le Monde libertaire et Radio libertaire, au travers de leurs responsables et leurs animateurs y sont vilipendés, traînés dans la boue par un « intellectuel » (sic) qui prétend que l’Anarchie n’existe pas, que nous ne sommes même pas des anarchistes puisque nous ne sommes pas des activistes de la « micro révolution » embrigadés sous son drapeau frelaté du soi disant « Socialisme libertaire ».

Traiter ces propos par le mépris n’est pas suffisant . Relayés par les médias du Pouvoir, ils contribuent à renforcer la propagande officielle tentant, depuis des lustres, de montrer l’Anarchie comme une illusion d’utopistes et comme vecteur de désordre et de violence aveugle..

Au sein même de notre fédération et de nos « œuvres », ML, RL, ce matraquage des valeurs de l’Anarchie produit ses effets dommageables. Ainsi le Comité de rédaction du journal est stupidement attaqué pour avoir refusé un papier sur notre soi disant dérive « droitière » (Ah les marxistes !). Ainsi, ce matin on pouvait sur RL entendre un animateur parler de « prise d’otage des usagers » à propos des grèves qui se préparent cette semaine. Quant au secrétariat de RL, il est attaqué par un responsable d’émission, pour prévarication..

Enfin, cerise sur le gâteau, un responsable de groupe de notre fédération donne une interview à une radio aux ordres, chienne de garde du pouvoir (France culture), pour conforter l’auteur de l’entreprise de dénigrement de la FA publiée dans la revue Lire, et regretter (sic) que notre journal, par ses articles venimeux ait « assassiné » l’intellectuel en question..

Ne restons pas indifférents à ces attaques. Pour ma part, en espérant que d’autres compagnons réagiront, je vous envoie le texte joint

Le 8 novembre 2007 Archibald Zurvan : ce texte n'est pas paru au ML


AGRESSION A RADIO LIBERTAIRE et AU MONDE LIBERTAIRE

Rassurez vous , amis et compagnons de route, il ne s’agit que d’une agression verbale. Voici les faits :

A l’occasion de la délivrance du « Master universitaire et populaire d’Anarchie »par le professeur émérite Michel Onfray, les équipes permanentes et les collaborateurs du journal et de la radio ont été recalées. Comble de honte, ces humiliations étaient accompagnées de commentaires venimeux de la part du Président du jury, en l’occurrence le même et distingué professeur Onfray.

On peut lire dans le numéro de novembre de la revue « LIRE » :
« …Il n’y a pas d’Anarchie mais seulement des preuves concrètes d’anarchisme. Dès lors on trouve moins d’anarchistes au Monde Libertaire, à Radio Libertaire ou dans les prisons dans le secteur des terroristes, que sur le terrain, actifs et praticiens. »


Il y avait longtemps que nous n’avions pas été classés, même par nos ennemis de toujours dans le « secteur des terroristes ». Aucun des « intellectuels « à la mode, chiens de garde et cautions de l’Ordre établi, n’avait repris cette belle formule.

Passons sur le fait que , dans un abécédaire personnel, un « philosophe » (sic) qui se charge de définir le mot anarchie, affirme que l’Anarchie ça n’existe pas et que ceux qui oseraient dire le contraire ne sont que des « gardiens du temple, des grands prêtres estampillés… », estampillant lui même son « Université Populaire » comme une « pratique » , une « micro révolution » anarchiste.

POURQUOI TANT DE HAINE ?

Je me suis demandé quelles raisons pouvaient expliquer un tel comportement, alors que quelques uns de nos compagnons lui vouent une admiration béate, séduits qu’ils sont par un « Maître » à penser en perpétuelle effervescence médiatique, étourdissant ses auditoires sous un flot de sentences définitives bien que souvent contradictoires .

Le maître s’épanche quelques fois en leur sein, se considérant comme « assassiné » par les rares critiques de notre radio ou de notre journal. (Voir sur ce point l’interview d’un membre d’un groupe FA sur France Culture)

Une autre raison de ce comportement, à la limite du pathologique pourrait relever, selon moi, du complexe dit de la « dette de reconnaissance ». En effet, si Michel Onfray est aujourd’hui célébré sur tous les « fenèstrons », sur les radios, dans les revues, il le doit en grande partie à Radio Libertaire.

Il y a dix ans , en effet, alors qu’il n’était qu’un débutant en littérature ( il venait de publier « La Politique du Rebelle »), un inconnu, pourrait t on dire, Radio Libertaire l’invitait dans ses studios pour dialoguer avec lui, pour analyser, approuver ou contester le contenu de son livre, le faisant ainsi débuter dans le monde des médias. Cet honneur que nous lui avons fait, cette reconnaissance qu’il nous doit, lui sont devenus , au cours de ces dix années, insupportables. Il y a du « Monsieur Perrichon » la dessous, dirait Courteline. C’est ce qui s’appelle aussi, plus vulgairement cracher dans la soupe.

Y A PLUS d’ ANARCHIE.

Mais puisque pour l’honorable professeur , tel Saint Michel terrassant le dragon de l’Anarchie, cette dernière est hors du sujet, ne poursuivons pas la polémique.

Laissons notre « ami » à ses fréquentations politico médiatiques, laissons le bavarder en toute amitié, mais jouant de la férule, avec les maîtres du Monde. Souhaitons lui de devenir le nouveau gourou du « Socialisme Libertaire » . Qu’il aménage, en rebelle micro révolutionnaire, les multiples « jardins d’Epicure » d’un Capitalisme épuré de sa fièvre libérale, . Qu’il salue respectueusement l’Etat, protecteur des pauvres, qu’il honore cette grande rencontre électorale à la De gaulle entre le peuple et son maître. Qu’il s’agenouille devant le Parti Communiste français pour le supplier de rassembler les « forces de Gauche », qu’il se prosterne devant la sainteté du travail salarié, et la reconnaissance du « père ».
Vaste programme pour le « Socialisme Libertaire » à la sauce odorante de son « Université du Goût ».

Et pourquoi pas un grand parti « micro révolutionnaire », un vrai parti socialiste libertaire, avec un petit père du peuple, qui, si le PC refuse la tâche, pourrait être le beau Michel. Un boulevard s’ouvre devant lui .

NOV 2007 Archibald Zurvan

NOTA la critique de « La Politique du Rebelle, après l’interview de Michel Onfray sur Radio Libertaire.en février 1998 dans l’émission « Chronique Hebdo » peut être lue sur le « blog » ainsi intitulé :

http://archibaldzurvan.blogspot.com/

1 commentaire:

Lucas a dit…

d'après ta citation (j'n'ai pas lu l'article de Lire), j'vois pourquoi tu t'emportes, je n'y vois aucune attaque de sa part. "Il n'y a pas d'Anarchie, ça signifie que le concept Anarchie ne préexiste pas à son application, seuls des "preuves concrètes" manifestent son existence, elle n'existe que dans l'action. Lorsqu'on la discute, qu'on la promeut, qu'on la théorise, on n'est pas en présence d'une "pratique d'anarchie", d'une mise en situation de ces principes, ce qui ne signifie par autant que sa promotion médiatique est inutile ou autre, elle est même plus que nécessaire je trouve." Enfin j'peux comprendre ton ressentiment, mais je le trouve un peu excessif. Voilà, salut!